En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des contenus et services adaptés. Mentions légales.
 
 

Publications

Recherche

Recherche
 ↑  

Vie Culturelle

Quoi de neuf sur le Site

(depuis 12 jours)
 ↑  

Calendrier

 ↑  

Lettre d'information

Pour avoir des nouvelles de ce site, inscrivez-vous à notre Newsletter.

Avant de soumettre ce formulaire, veuillez lire et accepter les Mentions légales.

J'accepte :
 ↑  

Modérateur

Votre Espace Abonné


Se reconnecter :
Votre nom (ou pseudo) :
Votre mot de passe
<O>

 ↑  

Visites

   visiteurs

   visiteurs en ligne

 ↑  

Ivan Tourgueniev dans le 9e

rss Cet article est disponible en format standard RSS pour publication sur votre site web :
http://www.neufhistoire.fr/data/fr-articles.xml


Tourgueniev_1.jpg
Portrait de Tourgueniev par I.E. Repin - 1874.

 



 




PRÉSENCE D'IVAN TOURGUENIEV DANS LE 9e



 


Il est toujours surprenant quand il y a une visite de la Mairie du 9e, de voir l’étonnement du public devant le buste de Tourgueniev qui se trouve dans le jardin jouxtant la salle Rossini, et pourtant !
 


IT_Mairie.jpg
Le buste de Tourgueniev dans les jardins de la Mairie du 9e
 


Cet auteur russe est l’un des plus connus et admirés en Russie (« Récits d’un chasseur » ou « Un mois à la campagne »). À sa mort, à Bougival, une foule énorme se pressait Gare du Nord pour lui rendre un dernier hommage avant son départ pour Saint-Petersbourg où des milliers de personnes attendaient l’arrivée de sa dépouille.
 


IT_St_Peter.jpg
Statue de Tourgueniev à Saint-Petersbourg.

 


Dans le 9e, il est connu pour sa présence auprès de la grande cantatrice Pauline Viardot (suivre ce lien). C’est à partir de 1843 qu’il apparaît dans son entourage et ils entretiendront une relation de 40 ans, platonique ou pas, le mystère reste entier ! Cette « amitié » peut-elle avoir donné lieu à une longue histoire d’amour purement cérébrale?
 


TOURGUENIEV_2.jpg  Pauline_Viardot.jpg
             Ivan Tourgueniev                                                                                               Pauline Viardot par T. Von Neff
                 

 

C’est un homme très grand, galant, cultivé, parlant un français impeccable. Une énorme correspondance reste de sa relation avec Pauline[1].

“Pauline Viardot, dit Patrick Barbier dans son livre sur la cantatrice[2], en effet est unique à ses yeux [de Tourgueniev], comme femme autant que comme artiste, et ce n’est pas sans fierté qu’il lit un jour l’article de Jules Janin parlant de la Viardot (« Que dites-vous de ce la, signe de la célébrité pour la femme, comme l’absence de Mr l’est pour l’homme[3] ? »)   […]
 


Plaque_Ivan_Tourgueniev,_50bis_rue_de_Douai.jpg
 


Partout où elle est, il est aussi : une plaque rue de Douai est apposée au 50 bis, à l’angle avec la rue de Bruxelles, où vivaient Pauline et son mari Louis Viardot ; Tourgueniev était à l’étage du dessus.

Avec les années 1870, Ivan se pose enfin et peut jouir définitivement de la « chère présence ». Un petit appartement a été aménagé pour lui au deuxième étage de la rue de Douai, avec une bibliothèque, un cabinet de travail, un salon et une chambre à coucher. De là, il ne perd pas une seconde de ses activités. Non seulement celui que les invités surnomment l’« ours moscovite » ne manque aucun des jeudis soir, mais il s’est fait percer un conduit entre le salon de musique de Pauline et son bureau, afin de l’entendre à tout moment  chanter et donner des leçons à ses élèves, pendant qu’il lit ou vaque à ses travaux d’écriture”.
 


Il a été présent dans leur brillant salon où le “Tout Paris” se retrouvait : Bizet, Berlioz, Flaubert, Théophile Gautier, entre autres.

Il est aussi un habitué des dîners littéraires sur les boulevards au « Brébant » (suivre ce lien) avec George Sand notamment, ainsi qu’au Café Riche (suivre ce lien).
Goncourt note à ce sujet « Dîner chez Riche avec Flaubert, Zola, Tourgueniev, Alphonse Daudet. Un dîner de gens de talent qui s’estiment, et que nous voudrions faire mensuel les hivers prochains ».
 


datcha.jpg
La Datcha d'Ivan Tourgueniev à Bougival.
 


À Bougival, on peut visiter sa « datcha » construite à côté du pavillon Viardot. Il y meurt en septembre 1883.

 

 

[1] I. Tourgueniev Lettres Inédites à Pauline Viardot et à sa famille par Henri Granjard et Alexandre Zviguilsky.
[2] Pauline Viardot Biographie par Patrick Barbier (Grasset éditeur)
[3] Lettre de Tourgueniev à P. Viardot, 9 juillet 1849.




Françoise ROBERT

 


 


Date de création : 01/12/2018 : 17:38
Catégorie : - Fiches Express-Figures du 9e
Page lue 29 fois


Réactions à cet article


Personne n'a encore laissé de commentaire.
Soyez donc le premier !

 

Réalisation: ParC Design

Détails de la coupole du Printemps
© D. Bureau


© 9ème Histoire 2001-2018