En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des contenus et services adaptés. Mentions légales.
 
 

Publications

Recherche

Recherche
 ↑  

Vie Culturelle

Calendrier

 ↑  

Lettre d'information

Pour avoir des nouvelles de ce site, inscrivez-vous à notre Newsletter.

Avant de soumettre ce formulaire, veuillez lire et accepter les Mentions légales.

J'accepte :
 ↑  

Modérateur

Votre Espace Abonné


Se reconnecter :
Votre nom (ou pseudo) :
Votre mot de passe
<O>

 ↑  

Visites

   visiteurs

   visiteurs en ligne

 ↑  

Geneviève Halévy

rss Cet article est disponible en format standard RSS pour publication sur votre site web :
http://www.neufhistoire.fr/data/fr-articles.xml


delaunay Madame Georges Bizet.jpg
J. Delaunay - Portrait de Madame Geneviève Bizet - 1878 - © RMN Musée d'Orsay
 



GENEVIÈVE HALÉVY (1846-1926)

 


C’est une des femmes les plus « en vue » au tournant du XXe siècle, d’une famille célèbre, adulée par le « Tout Paris », salonnière et pleine d’esprit.

Marcel Proust fut un de ses grands admirateurs et son ami. Il lui écrira souvent des lettres douces-amères, par exemple ce texte qui date de 1892 :

C'est que j'ai d'abord cru que vous n'aimiez que les belles choses et que vous les compreniez très bien - et puis j'ai vu que vous vous en fichiez ;  j'ai cru ensuite que vous aimiez les Personnes et je vois que vous vous en fichez.
Je crois que vous n'aimez qu'un certain genre de vie qui met moins en relief votre intelligence que votre esprit, moins votre esprit que votre tact, moins votre tact que vos toilettes. Une personne qui aime surtout ce genre de vie - et qui charme. Et c'est parce que vous charmez qu'il ne faut pas vous réjouir et croire que je vous aime moins. Pour vous prouver le contraire (parce que vous savez bien que ce qu'on fait prouve plus que ce qu'on dit, vous qui dites quelquefois et ne faites jamais) je vous enverrais de plus jolies fleurs et cela vous fâcherait, Madame, puisque vous ne daignez pas favoriser les sentiments avec lesquels j'ai la douloureuse extase d'être 
De votre Indifférence Souveraine
Le plus respectueux serviteur.

Marcel Proust.


Fille du compositeur Fromental Halévy, elle épouse en 1869 Georges Bizet qui avait été un élève de son père : elle a 23 ans, lui 31. Le couple s’installe 22 rue de Douai, où vit toute la “tribu” Halévy. (suivre ce lien).

Elle y fait ses premiers pas de « Salonnière ». Très spirituelle, elle risque des réflexions audacieuses auxquelles Bizet soupire « Oh ? Bébé ? », mélange de discret reproche et de tendresse.


georges-bizet.jpg      emile_straus_par_belon.jpg
Georges Bizet.                                                                                                             Émile Straus
 


Quand Bizet meurt en 1875, après le mauvais accueil réservé à “Carmen”, elle est représentée par Delaunay, assise et perdue dans ses voiles de veuve.

Elle est courtisée par tous, Degas, Gounod, Manet, MaupassantEdmond de Goncourt la traite « d’allumeuse sans cœur ».
 

Elle épouse en secondes noces, après onze années de veuvage, Émile Straus avocat fortuné des Rothschild. Ils reçoivent d’abord au 104 rue de Miromesnil, puis au 134 Boulevard Haussmann, et c’est lui qui dira « Avez-vous entendu le dernier mot de Geneviève? »
Car elle avait effectivement l’esprit acéré.

Accorde-t-on la Légion d’honneur à une romancière : « Je trouve que la poitrine des femmes n’est pas faite pour l’honneur ! » ; elle ne recevait d’ailleurs pas de femme dans son salon.
Au Capitaine Dreyfus, quelle avait défendu, elle déclare : « j’ai beaucoup entendu parler de vous ! ».

À quelqu’un qui l’interroge « aimez-vous la musique ? », elle répond « on en faisait beaucoup dans ma première famille » !
 


Mme_E_Straus_Nadar.jpg
Madame Êmile Straus par Nadar
 

Elle eut une enfance perturbée : disparition de son père quand elle avait treize ans, suicide de sa sœur quand elle avait quinze ans ; sa mère était une malade nerveuse chronique soignée par le Docteur Blanche.
 


Férue de théâtre, elle est très cultivée et on rencontre dans son salon Jules Renard, Tristan Bernard ou le librettiste Henri Meilhac par exemple.


Sa fin de vie est triste : dépressive, insomniaque, elle se drogue (opium, morphine…). En mai 1905, Proust écrit qu’après deux ans de maladie nerveuse, elle se repose en Suisse.
Elle meurt en 1926 et son mari,
Émile Straus, disparaît un an plus tard. Son fils, Jacques Bizet, né de son mariage avec Georges Bizet, déséquilibré et alcoolique, s’était suicidé en 1922.
 


Jacques-bizet.jpg
J. Delaunay - Portrait de Jacques Bizet enfant
© Musée de Nantes

 




Françoise ROBERT

 


 



Sources :
Ch. Bischoff « Trilogie d’une égérie » - Balland éditeur,
A.M. Fugier « Les salons de la IIIe République » - Tempus éditeur.


Date de création : 13/01/2019 : 19:04
Catégorie : - Personnages
Page lue 473 fois


Réactions à cet article


Personne n'a encore laissé de commentaire.
Soyez donc le premier !

 

Réalisation: ParC Design

Icônes de l'église orthodoxe grecque
Saints Constantin-et-Hélène
Rue Laferrière - 75009 Paris

© D. Bureau


© 9ème Histoire 2001-2019